loader-logo

« Nous aurons besoin d’une nouvelle génération de managers-leaders pour relever les nouveaux défis »

Christophe Legrenzi a co-fondé Acadys International SA en 1996, à Zurich. Ce cabinet de conseil spécialisé dans la stratégie, l’innovation et la performance d’entreprise s’appuie sur le numérique, dont la mission principale est de créer de la valeur économique et sociale. Sa particularité repose sur les importants investissements faits en matière de R&D sur lesquels le cabinet se base pour imaginer et identifier les meilleures pratiques mondiales et les mettre à disposition des entreprises. Christophe Legrenzi, Président d’Acadys International SA, interviendra lors du FOROM Principal du 24 septembre prochain au SwissTech Convention Center sur le thème de la PME du Futur. Il nous expose sa vision de la situation de crise actuelle et de l’entreprise de demain.

 

Monsieur Legrenzi, vous interviendrez le 24 septembre prochain à l’occasion de la 15e édition du FOROM qui abordera le thème de la « PME du Futur ». Quelles thématiques pensez-vous aborder et quels messages souhaitez-vous véhiculer auprès des participant-e-s ?

Le cadre traditionnel de la gestion d’entreprise basé sur le modèle industriel qui a créé énormément de richesses et a façonné notre monde, atteint ses limites. De nouveaux leviers dont la majorité est liée au numérique sont en train de révolutionner tous les pans de notre économie et de notre société. A l’instar de la révolution industrielle, les organisations qui ont su adopter ces nouvelles méthodes et outils ont créé de la valeur comme jamais auparavant. Les autres ont tout simplement disparu. Il en sera exactement de même avec la révolution informationnelle et servicielle que nous vivons actuellement. Pour ce faire, nous aurons grandement besoin d’une nouvelle génération de managers-leaders à même de relever ces nouveaux défis alliant vision, modernité, leadership et courage. Mon modeste objectif est d’expliciter ces leviers et les nouvelles manières d’aborder les nouveaux enjeux économiques et sociaux qui se présentent à nous.

 

Comment visualisez-vous l’après-crise pour les PME ? Pensez-vous qu’il y aura des changements durables dans leur mode de fonctionnement ?

Il y aura indéniablement un avant et un après. Une étude romande menée en mai 2020 par la CCI France-Suisse auprès de 138 PMEs indique que 88% d’entre elles ont été impactées de façon négative, 6% n’ont pas été touchées et 6% en sortent renforcées. Factuellement, 34% ont perdu durant cette période plus de 70% de leur chiffre d’affaires et 46% d’entre elles plus de 50%. C’est énorme ! N’occultons pas que beaucoup de managers seront face à leur responsabilité en devant prendre des décisions courageuses et difficiles impliquant restructuration et licenciement pour pérenniser leur entreprise.

Les organisations publiques et privées devront mettre en place un fonctionnement hybride et intégrer encore plus fortement les aspirations de leurs collaborateurs et les nouvelles exigences de leurs clients. Le télétravail sera généralisé. La dépendance par rapport aux fournisseurs asiatiques, les enjeux écologiques, l’obsolescence programmée, la propriété, le matérialisme, la financiarisation de l’économie, etc. seront remis en cause et vont favoriser la consommation locale et responsable, l’économie cyclique, le ‘do it yourself’, l’économie collaborative et des services, la solidarité, la santé, etc. qui bénéficieront au plus grand nombre. C’est une excellente nouvelle !

  

Quels enseignements les entreprises doivent-elles retirer de cette crise ?

Cette crise à la fois inédite et inattendue nous oblige à prendre du recul, à réfléchir et à nous interroger aussi bien à titre personnel que professionnel sur notre rôle dans la société, nos valeurs, nos aspirations, nos rêves, etc. Cette introspection peut s’avérer salvatrice car elle va remettre au centre du débat l’humain, le social, la santé et le bien être avant la dimension économique. Les véritables enjeux de la vie, nos valeurs humanistes, la relation à l’autre, la nature, etc. risquent fort de voir leur niveau de priorité augmenter sensiblement. Nous ne pouvons que nous en réjouir.

 

Quels sont les nouveaux challenges que devront relever les PME à l’avenir ?

Cette pandémie risque de catalyser les faiblesses de nos organisations et d’accélérer leur déclin, qu’il s’agisse de PME ou de multinationales. L’écosystème habituel de la PME avec ses clients et fournisseurs risque de vaciller ou de changer brutalement. Toujours d’après l’étude romande citée précédemment, un tiers des PMEs estime que sa survie est en jeu. Il est donc logique que 70% des dirigeants prévoient de revoir leur modèle d’affaires et leur façon de travailler.

Seule une remise en cause profonde des modèles actuels en intégrant tout ce que le numérique nous apporte comme opportunité, non pas d’un point de vue technologique mais du point de vue du champ des possibles, assurera la pérennité de l’entreprise. Voilà pourquoi, stratégie et innovation n’ont jamais été aussi importantes. Au sein d’Acadys, nous avons augmenté le budget de la R&D de près de 40% pour accélérer nos projets d’innovation et repenser l’ensemble de nos offres d’accompagnement dont le coaching et les formations en ligne. Aujourd’hui, nous sommes très sollicités sur des actions au niveau de la gouvernance et de l’organisation en temps de crise, de la réinvention des business modèles, de l’optimisation des processus et réduction de coûts, de la gestion du changement, de l’ingénierie de financement, de la stratégie numérique, de la formation et du coaching de managers et d’équipe, etc.

Ce projet de transformation doit être suivi d’un engagement et d’une détermination sans faille de la direction qui fera la différence entre lutte pour la survie et croissance durable. C’est un défi considérable pour les dirigeants. Ils devront réussir le passage d’un mode se focalisant sur la mission de l’entreprise, le travail et la gestion, à un mode basé sur la vision, le courage et l’audace. La réussite de la transformation est à ce prix !

 

Pour vous, que signifie « l’entreprise de demain » ?

Les entreprises de demain sont celles qui dans le passé ont réussi sans que l’on ait encore totalement décrypté ou compris les véritables raisons de leur insolente réussite à l’instar de Fedex, Benetton, Zara, Ikea, Roche, etc., mais aussi celles qui réussissent de manière éclatante aujourd’hui comme les GAFAM, NATU ou BATX, et enfin celles qui n’existent pas encore mais que nous devons encore inventer. Cette période que nous vivons est à la fois anxiogène mais aussi inspirante pour repenser nos entreprises et inventer la société que nous laisserons demain à nos enfants.


Par Mélina Neuhaus, Entrepreneure, Economiste HES et Spécialiste en Relations Publiques


Laisser un commentaire